Les jeux vidéo, un sport ?

JULIEN CODERRE | SagaCité

Les réactions sont mitigées quant à la présence des jeux vidéo (esports) aux Jeux olympiques.

Au mois d’août 2017, le président du comité des Jeux olympiques de 2024, Tony Estanguet, mentionnait que le comité devait « se pencher dessus parce qu’on ne peut pas ignorer et dire : “Ce n’est pas nous, ce n’est pas compatible avec les Jeux olympiques.” C’est intéressant qu’on discute tous ensemble pour mieux comprendre comment ça fonctionne et pourquoi l’esport a autant de succès. »

À LIRE AUSSI

Les jeux vidéo frappent aux portes des Jeux olympiques (Le Devoir)

Un jeune Québécois couronné champion de «Fortnite» (Le Droit)

Le «eSports» en démonstration aux JO (TVA)

Alors que les gamers de ce monde étaient pour la plupart enthousiastes vis-à-vis cette déclaration, plusieurs sportifs et fervents de sports, eux, n’étaient pas convaincus. Leur argument principal : les jeux vidéo ne sont pas un vrai sport, ce n’est pas une activité physique.

« Honnêtement, la ligue de esports a du grand potentiel, c’est une compagnie qui fait des milliards par année, mais je ne pense pas que les jeux vidéos devraient se faire intégrer dans cette compétition, croit, Zack Marchildon, un étudiant collégial et amateur de sports. Les Olympiques ont tellement d’histoires qui sont restées depuis les années 1800 et je pense que d’ajouter des jeux vidéo pourrait ruiner l’histoire qui suit cette compétition-là. »

C’est extrêmement exigeant sur le mental. On doit s’entraîner tous les jours, plusieurs heures par jour, on participe à des compétitions et on suit des règles, comme au hockey par exemple.

  • Zayt, gamer professionnel québécois et champion à Fortnite

À première vue, ils ont raison. Selon le dictionnaire de la langue française, un sport est une « activité physique, le plus souvent de plein air et nécessitant généralement un entraînement, qui s’exerce sous forme de jeu ou de compétition, suivant des règles déterminées. »

Or, les jeux vidéo peuvent-ils être considérés comme une activité physique ? Cette question demeure toujours ambiguë, car on ne connait pas précisément qu’est-ce qui est caractérisé comme étant une véritable « activité physique ».

Mais selon Zayt, un gamer québécois champion de Fortnite, les jeux vidéo ont leur place dans le monde du sport.

« C’est extrêmement exigeant sur le mental, explique-t-il. On doit s’entraîner tous les jours, plusieurs heures par jour, on participe à des compétitions et on suit des règles, comme au hockey par exemple. Mais ce qui est différent, c’est que tu ne peux pas jouer au hockey et t’entraîner 12 h par jour parce que tu vas être mort et ton corps ne peut pas faire ça. Les jeux vidéo, c’est demandant pour le mental, mais tu peux quand même passer 10 h par jour à jouer sauf qu’à la fin de la journée, tu n’as plus rien dans la tête, tu veux te coucher. »

Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation à l’Université de Montréal, a effectué deux études sur le phénomène du sport électronique (35 recommandations des recherches scientifiques et Portrait d’enjeux actuels du numérique en pédagogie universitaire : entre les MOOCs et le esport).

Selon lui, les jeux vidéo, lorsqu’ils sont pratiqués de façon compétitive, peuvent être considérés comme un réel sport.

« Il est important de différencier les deux types de gamers, il y a ceux qui s’entraînent vraiment et qui participent à des compétitions d’esports et il y a les touristes. Ceux qui s’entraînent dans des équipes d’esports vont parcourir l’équivalent de 5 à 9 km avec leur main droite sur un tapis roulant en une heure, souligne-t-il. En bout de ligne, ils font plus d’efforts physiques qu’un professionnel du tir à l’arc ou du golf, qui sont reconnus comme des sports olympiques, par exemple. »

Pour l’instant, les esports ne constituent pas un sport olympique officiel, mais il ne faudrait pas fermer les yeux à ce que le Comité international olympique change son fusil d’épaule. Rappelons-nous qu’en 2018, Pyeongchang et le CIO avaient décidé d’intégrer le sport électronique comme sport de démonstration aux Jeux olympiques d’hiver 2018.

***

Apprenez à connaître Zayt

Classement du championnat de Fortnite à Katowice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s